Pompiers de Pokhara

J’ai enfin mis la main sur les pompiers de Pokhara. Il faut dire que la chose n’a pas ete facile. La ville possede plus de 150 000 habitants, … et une malheureuse petite caserne, avec 8 pompiers de gardes et un simple camion. Bonjour la protection. Qui plus est, ils ont demenages recemment et tous les gens que je croisais m’indiquaient sans cesse l’ancienne caserne, a l’abandon.

Enfin apres deux jours de recherche, je peux vous delivrer ce nouvel article, sur ma seconde et derniere caserne de pompiers visitee au Nepal (avant de retourner en Inde).

Image

 Premiere chose importante, j’ai mene ma petite enquete a propos des fameux lances de pierres dont son victime les pompiers Nepalais. Les pompiers de Pokhara me confirment vite qu’ils en recoivent, parfois, mais pas a chaque intervention comme ceux de Kathmandu. Ici, la vie est plus calme, la ville est centree autour du lac, assez nouvelle. Les voies de circulations sont donc plus large et les temps d’intervention plus court. Ils ont affaires a des critiques, mais souvent, cela ce gere simplement par la parole. J’ai demande aussi a un maximum d’habitants que je rencontrais ce qu’ils pensaient des sapeurs-pompiers. J’ai eu plusieurs echos ‘ils sont courageux’ ‘ils prennent beaucoup de risques’ ‘ils sont toujours en retard’ ‘ils arrivent quand tout est brule’. Des critiques mais aussi quelques qualites sont cites. C’est plutot bon signe. Quand je leur annonce que je suis pompier en France, ou que je leur montre les photos, leur reaction changent. ‘C’est bien’ ‘Beau metier’ (ouais ouais toi t’as pas vraiment l’air sincere!), ou certains se justifient. ‘Il faut nous comprendre, le taxi de mon voisin a brule il y a 3 mois. Tout le monde a couru, a porte des seaux, a essaye de l’eteindre. Mais au bout d’un moment, c’etait trop tard. La voiture a brule. Et quand il ne restait plus que la carcasse, que tout le monde regardait les morceaux qui restait d’un air abattu, les pompiers sont arrives… puis sont repartis’

A vrai dire, on peu parfois comprendre leur mecontentement. Un seul camion pour 150 000 habitants. Souvent, les pompiers sont appeles a deux voire plusieurs endroits simultanement. Ils doivent donc choisir, qui ils vont aider. La vie des pompiers Nepalais est loin d’etre facile.

 

Social et condition de travail

A Pokhara, les 8 pompiers de garde vivent, 24h sur 24, a la caserne, pendant 3 mois d’affilee, puis rentre voir leur famille durant quinze jours. Ils gagnent, selon l’anciennete, entre 5000 et 6500 roupies par mois (50 a 65 euros)

A la caserne, ils sont nourris, de Dal Bath, matin, midi et soir (comme la grande majorite des Nepalais). Leur journee s’organise selon leur bon vouloir. Ils se levent quand ils veulent, jouent aux cartes, lisent (pour ceux qui savent), et traine. Il n’y a ici ni appel de la garde, ni formations, ni entrainement, ni travaux. La caserne est un batiment pour la vie des hommes, disposee devant un vaste champ en friche et un hangar ou attend patiemment l’unique vehicule utilisable.

Missions

Ici, comme a Kathmandu, les pompiers n’agissent que sur l’incendie. On leur avait fournit une ambulance, quelques mois auparavant, qu’ils utilisaient pour transporter les victimes jusqu’a l’hopital (sans la moindre formation), mais ils l’ont plante dans un accident de voiture.

Only Fire donc, a nouveau, et c’est deja bien assez quand on est 8 hommes pour une ville de cette taille.

Religion

A Kathmandou, j’avais vu un petit monument, une sorte de piquet plante dans la terre et decore. J’avais demande ce que c’etait, mais je n’avais pas compris les explications. Les pompiers de Pokhara m’ont explique. Il s’agir d’un monument religieux indhous, leur servant a rendre hommage, deux fois dans l’annee, a deux dieux, Devi et Moula Devi. Ils organisent deux ‘ceremonie’, une en octobre, l’autre en mai, durant laquelle ils sacrifient, sur cet hotel, de petits animaux.

Rencontre

Encore une fois, peu nombreux, mais extremement accueillants, ils me montreront leur blason, puis celui laisse par un pompier madrilene, passe quelques annees auparavant. Pour ma part, j’ai pris pas mal de photos de leur caserne et je leur en envoie un maximum.  Eux aussi m’inviterons a partager leur Dal Bath spontanement, et me proposeront meme de gouter le petit alcool maison d’un des pompiers du coin (pas beaucoup de gout mais assez fort). Un excellent moment, qui rattrape le temps perdu a leur recherche.

 

 

Je laisse cet article, sur la petite caserne de Pokhara, et espere en visiter de nouvelles en Inde, et peut etre au Rajasthan. J’essaie de prendre un bus demain pour quitter le Nepal et traverser une bonne partie de l’Inde, (autrement dit, je vais passer un treees long moment dans les transports en commun). J’espere arriver a destination avant deux ou trois jours…

a moins qu’ils ne me pretent leur camion?

 

 

01/07/2008

7 Réponses pour “Pompiers de Pokhara”

  1. Redigé par lud:

    Tes aventures sont toujours aussi exceptionnelles. Mais je me demande si ces pompiers ne le sont pas plus. 8 pour toute cette ville, il doit leur falloir bien du courage.
    Je conçois bien que le “pin-pon” familier puisse te manquer, mais laisse leur leur unique camion, ils en ont sûrement bien plus besoin de toi.
    Ici, Gwendy ne quitte plus d’une semelle l’ordi familial, sauf en de rares occasions (piscine ou soldes) et j’ai bien peur que tu le retrouves avec les mêmes capacités que ceux que tu croises au Népal.
    Encore bon courage pour ton voyage,
    Ludo,
    L’ultime frérot.

  2. Redigé par Geneviève et Patrick:

    Bonsoir Raphaël,
    Ce soir, le programme télévision est nul alors je viens d’éditer tes derniers articles et là je vais passer une excellente soi
    soirée à lire tes récents récits.
    Tu nous fait rêver et c’est toujours avec grande joie que nous découvrons toutes tes aventures.
    Tes parents peuvent être fiers d’avoir un fils comme toi. Je comprends maintenant pourquoi Sylvain t’apprécie
    beaucoup, tu es quelqu’un de généreux et formidable.
    Prends bien soin de toi.
    Gros bisous.
    Geneviève et Patrick ( parents de Sylvain ).

  3. Redigé par Emilie:

    hey, que de réçits dignes de romans d’aventure !! les photos du parapentes sont énoooormes, surtout celle avec l’ombre, ça devait être vraiment trop bien de faire ça au dessus de ces montagnes…en plus tu auras vu plein d’animaux bizares et gros t’en a de la chance^^ il est bien ton blog, plein de rêve, d’aventure, d’enthousiasme et de générosité (super la “pub” pour l’école des enfants, c’est bien qu’il existe des gens comme le monsieur qui fait ça). peut être que tu vas passer a Jaipur pendant ton périple au Rajhastan, moi j’ai bien aimé là-bas, surtout les marchés… J’espere que tu as pu laver tes chausettes^^, a bientot bisous =D

  4. Redigé par La bande à Jeannot:

    Comme tous les soirs on vient lire les dernières nouvelles de notre aventurier au grand coeur.
    Tes récits sont toujours aussi passionnants et on tremble souvent pour toi. A demain, bonne nuit et grosses bises de toute la bande à Jeannot.
    tata momo

  5. Redigé par RUMEAU Geneviève:

    Merci pour les photos de cuisine;nous allons être plus modestes quant à nos besoins existentiels (1 gaz pour la cuisson du riz et basta!). Tu avais des questionnements quant à tes vaccins , comme tu résistes bien….tu vas nous revenir bien vacciné!! Bisous
    Geneviève et Patrick(parent de ……)
    Enfin…Tata Gigi.

  6. Redigé par Morgan:

    Et une caserne de plus !

    Toi qui connait bien tout ça, tu dois vraiment mesurer la difficulté d’intervention pour ces sapeurs-pompiers. 8 pour 150000 habitants ? C’est de la folie !
    Ce périple doit aussi te faire prendre conscience de la chance qu’on a au sein de nos casernes… Même si on se plaint souvent, je crois que notre population est suffisamment à l’abri avec les moyens dont on dispose ! ;-)

    En tous cas, éclate-toi bien, et fais bon voyage, je pense que tu devrais pas tarder à arriver :)

    PS : arrête de boire ces trucs qu’on te propose, ça ne te réussit vraiment pas (voir photo) !! :D

    Biz biz biz

  7. Redigé par Françoise, maman d'Emilie:

    Namaste Raphaël !
    Te voilà reparti pour « Mother India », c’est donc vrai qu’elle attire et nous appelle à revenir. Alors viendra le jour où moi aussi je succomberais sans doute à son esprit, comme Emilie, comme toi et tant d’autres ! Vous serez mes meilleurs guides …
    Tu es en route pour le Rajasthan et sa ville rose, peut-être vas-tu profiter de ce moment de grâce pour t’offrir des instants d’un repos bien mérité après tes derniers jours si éprouvants de trek et de route ; faire des balades à dos d’éléphant pour découvrir le fort d’Amber du maharadja et la cité d’astronomie, parcourir les célèbres marchés colorés d’épices et de fruits (prends garde au « Gang des macaques ” voleurs !), aller visiter la clinique des animaux (tu m’expliqueras le fonctionnement parce qu’on y soigne les bêtes sacrées représentant les dieux hindous et ça peut se comprendre en Inde, mais qu’en est t’il réellement des soins d’urgence pour les simples humains des castes inférieures ? Ce doit être égal aux casernes de pompiers, inébranlable vocation avec si peu de moyens …). Et bien sûr, inévitable, je te le souhaite, choyer ton corps et ton esprit par la médecine et les massages ayurvédiques.
    Repose toi Grand Gaillard du Monde et profite au maximum de Jaïpur !
    Bisous et @ bientôt de te lire !

Laisser un commentaire