Egypte

L’Egypte a été le premier pays de la série que j’ai visité, pendant un peu plus de dix jours, avant le lancement du blog. Au programme, Le Caire, les pyramides de Guizeh, train jusqu’à Assouan, le long du Nil, Abou Simbel, Louxor (Thèbes), une foule de monuments et temples remplis de hiéroglyphes, vallées des Rois, vallées des Reines, remontée du Nil en felouque (petit bateau à voile transportant six ou sept personnes), et rencontre très (trop) rapide avec les pompiers d’Abou Simbel et du Caire.

Je vous raconte ici ma plus belle rencontre Egyptienne, extraite de mon carnet de bord, qui a eu lieu dans le train reliant Le Caire au Sud de l’Egypte.

[...] Il apparaît rapidement une athmosphère amicale et complice au sein de notre petit groupe. Dehors, le train finit par quitter la ville. On peut apercevoir quelques palmiers qu’on distingue difficilement dans la nuit sombre. A l’intérieur, tout le monde rit et s’est mis à l’aise. Mes quatres compagnons se sont déchaussés, s’assoient par terre, autour de notre table basse. Nous prenons un vrai plaisir à jouer aux cartes et s’échanger de nouveaux tours, de nouveaux jeux. La nuit se finit tard.

 

 

En me reveillant en pleine nuit, je surprends Mohammed, à genoux, la tête posée contre son frère endormi. Il marmonne en arabe une prière dont je ne peux comprendre la signification. C’est fou la manière dont ces deux-là sont attachés. Je ne l’interromps pas et me rendort rapidement, le dos un peu douloureux et le cou tordu pour m’appuyer contre la fenêtre.

 

 

 

Le lendemain matin, un lever de soleil époustouflant me réveille. Rougeoyant sur les dunes, au loin, et oranger, à quelques mètres de nous, où il se reflète sur le Nil et les palmiers qui jonchent les deux rives. nous traversons de nombreux villages Bédouins. Uniquement de petites habitations typiques, des autochtones coupant l’herbe dans les champs, ou se déplaçant à dos d’ânes tellement petits que les pieds des adultes rasent le sol.

 

 

 

Nubi, le seul à n’avoir quasiment pas ouvert la bouche la veille, m’adresse la parole. Il parle un bon anglais par rapport aux autres. Un anglais que je n’aurais pas cru entendre de sa bouche étant donné la méconnaissance totale de son frère en la matière.

Est-ce parce qu’il est très malade? parce qu’il est âgé? parce qu’il est fatigué? Ses paroles revêtent immédiatement une profondeur et un sérieux auquel je ne m’attendais pas. Alors que la veille nous avions tous joué et éclaté de rire, il ne sourit jamais, me parle de la mort, de la religion, de la paix. Il me pose des questions sur moi. Il veut connaître mon âge, savoir si j’ai une femme, des enfants, si je suis heureux dans la vie. Il émane de ses paroles une sagesse, une sérénité qui m’impressionne, et résonne en moi. Je ne le sais pas encore, mais je m’en doute déjà. Cet homme va mourir, et dans peu de temps. C’est la raison de toutes ces attentions de la part de son frère, de cette prière en pleine nuit, et de la profondeur de ses pensées, qui mieux que le reste, me mettra sur la piste. Il me le confirmera un peu plus tard. Et plus il me parle, plus je me rends compte à quel point c’est frappant. Malgré nos différences de langages et nos anglais précaires, je comprends tout ce qu’il dit. malgré nos différences d’habitudes, de mode de vie, de tradition, sa sagesse me touche, sa manière de voir le monde, fataliste, m’émeut, et ses recettes pour trouver le bonheur, elles pourraient être aussi les miennes.

Nous l’avons tous écouté, Mohammed, Samir, l’ingénieur et moi, sans l’interrompre, longuement. Et c’est à cet instant que je me suis rendu compte à quel point nous avions été loin, à quel point l’échange avait été enrichissant.

Quand ils descendent tous du train, une gare avant la mienne, les adieux sont presque déchirants. Nubi descend du quai, se retourne vers moi, et me regarde, de ses yeux perçants. Il m’adresse alors exactement ces paroles.

- You’re a good man! Good luck.

 

C’est si peu, un vocabulaire simple comme l’utilisent les débutants anglophones, mais dit par lui, de la manière dont il l’a dit, en me saisissant par le bras et en me regardant droit dans les yeux, c’est énorme, indescriptible. “Tu es quelqu’un de bien! Bonne chance.”

Il est 14h et j’arrive à Assouan, avec 6 heures de retard, au bout de quinze heures de train. Je n’ai pas vu le temps passer.

 

Concours pro

Comme vous le savez, j’ai passé mon concours de pompiers professionnel non-officier cette année, à Lille, dont la dernière épreuve s’est déroulée la veille de mon départ pour l’Inde. Je profite de mon bref passage en France pour lire mes résultats et vous en faire part.

Après être monté presque dix jours à Lille pour les épreuves sportives, y être retourné un mois plus tard pour l’écrit, avoir passé chacun de ces barrages, puis être remonté une dernière fois pour l’épreuve de vérité, l’oral. Je peux annoncer enfin le résultat de mon concours, qui s’est soldé par un échec…

Déçu, c’est sûr, malgré un joli parcours. Voici mes notes.

- 14,75/20 en Français

- 15,5/20 en Maths

- 14/20 à l’Oral.

Soit une moyenne de 14,68/20, le dernier candidat validé ayant obtenu une moyenne de 14,96.

C’est très peu, ça devrait être encore plus frustrant, mais je suis néanmoins rassuré par mes notes, un tir groupé assez bon, même s’il est insuffisant. Et comme on dit chez nous, le secret de la réussite, c’est la motivation. L’intelligence, l’éducation et la chance ne servent à rien. Seule la volonté permet de surmonter toutes les épreuves. Quand on tombe, on se relève… et on recommence.

Donc je me représenterais, l’année prochaine, au concours homme du rang, que j’ai échoué cette année, ainsi qu’à l’officier, avec un peu plus d’expériences sur ce qui m’attend. Gardons les bons souvenirs de ces quelques séjours chez les “Ch’tis” et en Belgique, de quelques campings entre collègues, quelques séances d’auto-stop, un peu d’aventure qui m’a permis en même temps de tester mon matériel avant le voyage.

Pour vous resituer sur ma situation actuelle, je suis aujourd’hui en Provence, chez moi, jusqu’au 25 juillet. J’heberge depuis hier soir les trois Quebecois. Nous partons aujourd’hui nous baigner à Sillans-la-cascade ( un endroit bien calé où on peut plonger ou sauter des arbres qui entourent les bassins ou même de la cascade ) puis visiterons Tourtour, le village dans le Ciel de Provence. Et au programme ensuite, figues, cigales, pétanque, …apéro, pour faire découvrir une autre région de la France à ces Quebecois qui viennent de passer quinze jours à Paris.

Le prochain article pour vous annoncer, quand je le saurais, quel sera ma destination première en Amérique du Sud.

 

Pompier d’Abou Simbel

 

 

 

 

 

 

Toilettes publiques, du grand art, et en plein village, aux yeux de tout le monde. Pratique pour discuter et se raconter les derniers ragots.

 

 

 

 

 

 

 Hiéroglyphe.

 

 

 

 

 

Un petit effort d’orthographe.

 

 

 

 

 

 

 

 Obélisque.

 

 

 

 

 

 

Un enfant, travailleur de pierres…

 

 

 

 

 

 

Sphynx.

 

 

 

 

 

 J’étais pas mal chevelu à ce jour là. On voit à l’avant de touristes françaises rencontrées le matin même (mes premières francophones en Egypte), à ma gauche Steeve, un routard Américain, et à ma droite un Australien (en bleu) avec qui j’ai tourné quelques jours.

 

 

 

 

 

 

 

 

 Et pour finir, … une petite ambulance.

Que c’est agréable de taper un article sur un ordi qui ne rame pas et avec une connexion haut-débit!

A bientôt.

21/07/2008

11 Réponses pour “Egypte”

  1. Redigé par carméla:

    coucou,
    c’est marrant je t’écrit alors que tu es tout près en ce moment!!!
    mais comme je viens de prendre connaissance de ton article et que vous m’avez laissée toute seule…..
    j’ai un peu d temps devant moi.
    ton petit retour parmis nous, nous a fait très plaisir,surtout à qui tu sais,même si on ne t’a pas beaucoup vu!
    toujours en mouvements il faut que tu explores tout et partout,et bien sûr que tu guides tes invités quebecois…
    ah oui supe le mec en costar!!! tu pourras lui dire
    bise

  2. Redigé par MARCO ton parrain:

    Bonjour Raphaêl

    Bonne surprise de te savoir en France!!!!

    J’ai essayé de te joindre mais sans succès .Alors je profite du blog pour te contacter .Donc repose toi bien avant de repartir et profite de ta famille et de tes amis.

    Toute la famille te fait de gros bisous .

    A bientot Les 4 schers.

  3. Redigé par Leila:

    Hello !!!
    Ah la la Raphael, c’est une globe-trotteuse en pleine interrogation logistique qui se tourne vers toi !

    Voila, je suis en train de me renseigner pour mon depart en Inde et comme tu l’as deja fait,
    j’aurais une ptite question a te poser : je pense partir de Pokhara pour rejoindre directement
    Delhi et deux solutions s’offrent a moi : soit, je fais tout en bus, 36 heures environ, long et
    penible mais mes bagages seront (peut etre)plus en securite. Soit en bus puis train
    (de Gorakhpur a Delhi) : plus rapide mais peut etre un peu moins sur niveau securite…
    Tu avais fait comment toi pour rejoindre Delhi en venant du Nepal ?

    Voila voila, j’espere que tu recuperes de tes deux mois au pays des vaches sacrees et que tu prepares
    activement la suite de ton grand periple !
    Merci d’avance pour ta reponse !

  4. Redigé par Emilie:

    Salut Raf,
    J’espere que cette petite pose t’as fait du bien , et que tu es prêt a repartir vers de nouveaux horizons. Je ne savais pas que tu avais raté ton concours (j’étais persuadée du contraire^^), mais j’aime bien quand tu dis que seule la motivation est le moteur de la réussite, je suis d’accord avec toi je m’en apperçoit de jours en jours! J’espere qu’il y’aura vite des photos d’amerique du sud sur ce blog, tellement different comme continent, mais tellement puissant… gros bisous et bon courage pour tout!

  5. Redigé par mamie jeannine:

    Bonsoir Raphaël,
    Je viens de lire ton récit sur le périple en Egypte, c’est bien agréable d’avoir une petite lecture intéressante le soir avant de s’endormir et rêver !
    J’espère pouvoir continuer cet exercice passionnant régulièrement.
    A l’heure où je t’écris, tu es peut-être déjà dans les nuages…te voici donc reparti pour de nouvelles aventures, bonne chance, bon courage mais je sais que tu n’en manques pas…..
    gros bisous
    mamie Jeannine

  6. Redigé par oncle jack:

    Salut Raphaël,
    Je ne suis pas d’accord avec toi ! la motivation est importante, certes, mais l’éducation, l’intelligence, parfois la chance mais le travail toujours peuvent être des atouts importants à ne pas négliger, je ne te donne pas de priorité, chacun y trouvera l’ordre d’importance personnel, en effet il ne me semble pas que la motivation seule soit la clé …
    sur ce je te souhaite quand même de réussir ton second passage (pompiers pro)avec succès, le 1er n’était en effet pas si loin que cela et je t’en félicite par ce petit message !
    les photos sont super ! Au fait est ce que le chameau de la première devant la pyramide était vrai ? hé hé !
    bises

  7. Redigé par mamie jeannine:

    Re Bonsoir Raphaël,

    J’ai oublié de te dire de bien profiter de ce nouveau voyage, c’est encore une expérience supplémentaire !

    Gros bisous
    mamie Jeannine

  8. Redigé par Leila:

    Hello Raphael !

    Merci beaucoup pour tes precieux renseignements pour rejoindre Delhi…
    Et merci pour ton commentaire epice sur mon blog ! J’y ai repondu dans un autre commentaire… donc si tu as le temps, n’hesite pas a venir refaire un ptit tour “sur les routes du Nepal” !

    Bonne continuation !

    ps : Merci a tes parents pour leur gentil commentaire ! Ca fait plaisr de voir qu’on est suivi !

  9. Redigé par myriam:

    coucou
    je suis une amie de floriane
    je te dis bonne continuation dans ta découverte du “monde”. Tu dois y découvrir des choses magnifiques.
    bon courage
    bye et bonne journée

  10. Redigé par Catherine:

    salut!
    J’espère ke tu vis des moments inoubliable! En tout cas Flo me raconte tes aventures et ça a l’air fantastique.
    Bonne chance

  11. Redigé par sousou:

    c’est super beau legypte jadore jaime vraiment beaucoyp ce pay waw waw

Laisser un commentaire