Pompiers de Kathmandu

Une rencontre qui date a present de deux jours. Je me suis rendu dans la caserne de Kathmandu, a deux pas du centre historique, le Durbar Square, au petit matin. Et information importante, ce sont les premiers pompiers que je rencontre qui sont mal-aimes par la population. Ici, tous les camions sont equipes de grilles et chacun des hommes m’avouera rapidement qu’il leur arrive couramment d’etre caillasses, de recevoir des pierres etant donne qu’ils ont des delais d’intervention vraiment trop long et qu’ils arrivent presque toujours trop tard.

Deuxieme constatation, les pompiers Nepalais ont une tres mauvaise situation, bien moins bonne que celle de leurs c de Varanasi en Inde. Ils gagnent l’equivalent de 60 a 70 euros par mois, soit presque moitie moins que leurs confreres indiens. Et encore, ils doivent payer leur nourriture a la caserne, pres de 20 euros. Il ne leur reste donc que tres peu pour faire vivre leur famille et profiter de leur temps libre. Mais de toute maniere, ils travaillent tellement longtemps qu’ils n’ont pas souvent l’occasion de le depenser. Ils sont de garde 24h sur 24, 6 jours sur 7, et ont le droit a une semaine de vacances par an. Le seul bon cote de leur situation est leur contrat de travail, du type militaire, qui leur permet de travailler pendant 25 ans, puis de beneficier d’une retraite a la fin de leur engagement, retraite qu’ils peuvent s’ils le desirent additionner a un second emploi.

Au niveau social, il y a du travail, ils sont meme tres en retard sur l’Inde. Au niveau equipement par contre, bonne nouvelle. Les casernes Nepalaises ont beneficies, tout au long de leur histoire, de dons de la part des corps occidentaux. Ils sont donc equipes, en vieux materiel certes, mais equipes. Ils possedent tous un equipement de protection pour partir au feu, et possedent deux paires d’appareil respiratoires isolants (ARICF), qu’ils remplissent d’oxygene par l’intermediaire d’une societe privee. Je me suis demande un instant s’ils utilisaient vraiment les bouteilles, mais en toute vraisemblance oui. Elles sont gonfles a 150 bars, le mecanisme n’est pas rouille, et tout fonctionne parfaitement.

Nous parlons, parlons, et les heures passent. Je m’apprete a partir manger en ville, mais ils m’invitent a partager leur thali. Ils sont vraiment accueillant.

Peu d’entre eux savent lire et ecrire. Ils ont plusieurs petites chambres communes, une salle TV, et une cantine, ou ils font cuire eux meme leur riz et leurs morceaux de poulet. Dans un recoin de la caserne, on peut apercevoir deux engins d’un autre age, dignes de figurer dans un musee. Eux memes ne les utilisent plus mais les conservent en souvenir.

Leurs missions sont differentes, encore une fois, des deux premieres casernes que j’ai visite. Eux n’ont qu’un seul role, l’incendie. Je leur demanderais qui s’occupe a Kathmandu du secours a personne. Il y a en fait une ou deux compagnies d’ambulances privees a Kathmandu, mais la plupart du temps, les victimes, meme graves, sont chargees en vrac dans un taxi et emmenees en urgence a l’hopital!!

Si vous voulez mon avis, il ne fait pas bon etre une victime au Nepal.

Pour devenir pompier au Nepal, la chose est simple, il faut deja le vouloir, puis etre en bonne sante. Ca suffit generalement pour obtenir un poste (professionnel uniquement). Lire ou ecrire n’est pas necessaire. Le corps etant mal-aime dans le pays, il n’y a en fait pas beaucoup d’interesses.

Pendant le repas, nous rirons de bon coeur et ils m’aideront a perfectionner ma technique pour manger mon Thali avec les mains (il faut avoir la main en cuillere, et pousser la nourriture dans la bouche avec son pouce). La difficulte etant de ne pas s’en mettre partout, et etant donne que j’ai deja du mal avec une cuillere et une fourchette…, ambiance hilare en tout cas, et bon enfant.

Ajoutons encore quelques infos supplementaires. Il existe deux autres casernes dans la vallee de Kathmandu, Patan et Barakpur. Certains petits villages possedent des groupes de pompiers independants, ce qui est assez etonnant. Et pire encore, des villages Nepalais isoles dans les montagnes ont beneficie de dons occidentaux, mais ne disposent d’aucun sapeur-pompier. En cas d’incendie, ce sont les habitants qui montent dans le camion, utilisent le materiel comme ils peuvent, et se debrouillent par eux-memes!

L’approvisionnement en eau est tres difficile au Nepal. La caserne de Kathmandu dispose d’une reserve, presque vide. Il faut plus d’une heure de route pour aller chercher de l’eau pour la remplir, a un point de puisage naturel. En fait le gros defaut des sapeur-pompiers Nepalais, et ce qui fait leur mauvaise reputation, c’est leur delai d’intervention, plus que long. La couverture operationnelle est tres incomplete, de nombreuses zones sont completements inaccessibles, et aux endroits ou c’est accessible, le temps de trajet et d’arrivee sur les lieux est souvent de plusieurs heures.

Peut-on leur reprocher? Pas si sur. On imagine mal comment, meme avec plus de moyens, une protection efficace et complete du pays pourrait etre organisee, alors que la vegetation est parfois tres dense, que des centaines de zones ne sont accessibles qu’a pied, et que l’altitude, le climat, la geographie sont tous autant d’obstacles a la rapidite et a l’efficacite des missions de secours incendie.

En tout cas, ils seront les plus accueillants que j’ai rencontre jusqu’a present, encore plus meme, qu’a Varanasi. Je m’eclipserais donc, plusieurs heures apres mon arrivee, le ventre bien rempli, charge d’informations, de photos, et de souvenirs. Encore une fois, je garde l’adresse mail de l’officier pour lui envoyer mes photos de sa caserne.

Une chose m’a marque neanmoins. Et c’est pour cette raison que je n’en parle qu’en conclusion, parce qu’elle est a mes yeux beaucoup plus importante que la plupart des informations que j’ai pu recueillir. C’est que malgre leur mauvaise reputation, ces pompiers sont fiers. Comme nous, ils revent d’extirper une petite fille des flammes. Comme nous, ils bombent le torse quand parfois, ils recoivent une bouffee de reconnaissance. Ils font leur travail, sauvent quand ils le peuvent, eteignent quand ils arrivent a temps, mais ne baissent jamais les bras, malgre leur pauvrete, malgre les pierres qu’ils recoivent, malgre les critiques.

Je les ai vu partir en intervention, se faufiler comme ils peuvent, entre des voitures qui ne leur cedent pas la place, malgre les sirenes. A l’arriere les hommes s’equipent. Le conducteur essaye, autant qu’il le peut, de gagner de precieuses secondes. Ils se preparent, a venir au secours de gens qui les accueilleront inevitablement a coups de pierre.

On ne peut se permettre d’en douter. Ces pompiers-la connaissent le sens du mot vocation et plus encore celui du mot devoir. 

 

19/06/2008

14 Réponses pour “Pompiers de Kathmandu”

  1. Redigé par Père Joseph-Marie MOCTEE:

    merci pour votre témoignage et votre présence aimante dans ces pays, merci por le partage.je prie pour vous et
    pour le peuple que nous connaissons grace à vous.

  2. Redigé par philippe:

    salut.je vois que tous se passe bien.pourquoi les chefs chez les pompiers ont toujours des moustaches?c’est bizarre non?allez raph bonne chance pour le reste de ton periple.a+ philippe et christine

  3. Redigé par MARCO:

    Salut Raphaël
    Je viens de passer un bon moment à lire tes aventures……….bon courage pour la suite…………il est temps que je me couche.

    Bisous A+ les 4 schers.

  4. Redigé par Emilie:

    Les pauvres… Ca fait mal au coeur de voir qu’ils gagnent une misère et qu’en plus ils sont plein de bonne volonté et on les reçoit à coup de pierre…Mais surement que les gens ne se doutent pas que c’est si dur et qu’ils pensent que les pompier devraient être des super héros et réussir à chaque fois… C’est bien que tu leur envoie les photos après je pense que ça leur fera super plaisir ! Continue bien ton voyage et poste plein de photos j’adore !!!
    Moi j’ai eu une semaine de vacances je rentre demain à chambéry… Pas trop envie je préfererais partir avec un sac à dos ^^ Gros bisous Raf et bon courage pour la suite !

  5. Redigé par carmela:

    salut fa
    super ton témoignage.dommage que le peuple ne leur en réserve pas un plus reconnaissant…comme tu dis il faut vraiment avoir une forte vocation pour se lancer dans ce métier chez eux. quoique chez nous….c’est un peu pareil!(pour la vocation je parle pas les pierres…) on devrait vous lancer des fleurs!!!!
    quand à leur façon de manger ne te plein pas; pense un peu si tu avais dû manger des spaguetti bolognaise….huuuuummmm!!!!!!
    j’arrête je te fais sûrement saliver.
    bise

  6. Redigé par JR:

    Salut Rapha,

    J’espère que tout se passe bien pour toi. Je n’en doute pas vraiment à la lecture de tes articles qui sont franchement très intéressants. C’est clair que pour accepter de bosser dans de telles conditions, le mot vocation prend tout son sens.
    C’est en tout cas une belle aventure dans laquelle tu t’es lancé. Merci de nous la faire partager. Toute la famille aupert te suit dans ton périple.
    Bon courage mon pote, amuse toi bien. @ +

  7. Redigé par Martine de la Napoule:

    Coucou jeune homme,

    Aujourd’hui dimanche je vais donc au nouvelles de mon indiana préfèré.
    Comme toujours : interessant, chaleureux et une note d’humour. J’ai été très surprise du comportant des gens face aux pompiers Népalais, !!! Ils n’en ont que plus de méritent.
    On t’embrasse tous très fort Bon voyage ….j’attends la suite avec impatience

  8. Redigé par le couzin sebastien:

    bon le couzin je viens prendre des nouvelles j epsere que ton voyage se passe bien il nous tard de te voir pour que tu nous raconte tous sa gros bisous famille verrieux

  9. Redigé par Mi et Si:

    “En se retournant pour voir le chemin parcouru, on sourit à la pensée des cailloux dont on s’était fait des montagnes ”
    Ce n’est pas de nous mais c’est encourageant, alors …
    Pour continuer dans les citations:”qui veut voyager loin , soulage sa monture”
    Prends soin de ton corps aussi pour qu’il t’emmène découvrir d’autres horizons.
    Nous suivons ton évolution avec un peu d’appréhension, une grande admiration et un énorme enthousiasme.
    maternellement . SI

  10. Redigé par maité:g.v.:

    Comparer les pays et les situations est vraiment enrichissant!La chaleur humaine qui se dégage dans le contact avec ces pompiers est merveilleuse .Il garderont longtemps dans leur coeur le souvenir de ta visite …Merci de nous apporter cela! Prends soin de toi!A bientot pour de nouvelles aventures.

  11. Redigé par Papa:

    Salut Rapha! Bientôt 3 semaines que tu es sur la route et je viens te dire Bravo pour ce beau début.
    Commencer un premier voyage en partant pour l’ INDE ne me semblait pas le meilleur des choix mais c’est ton voyage
    et force est de reconnaître que tu t’es parfaitement débrouillé.
    Le plaisir que tu sembles prendre avec les gens rencontrés transparaît dans les commentaires sur ton blog.
    Un voyage en Inde ne laisse jamais indifférent et l’on en revient changé, disent les routards et autres voyageurs,
    mais un voyage en Inde change également les proches du voyageur qui restent.
    Sentiments mêlés d’inquiétude et d’admiration, nous découvrons maman et moi notre fils avec un regard nouveau.
    En effet, je me voyais encore en train de courir à côté de toi sur ton premier vélo avant de lâcher la selle afin de te
    laisser faire tes premiers mètres en solo.
    Le temps passe vite. Les parents ne voient jamais leurs enfants grandir.
    Aujourd’hui un voyage, Demain Ailleurs, tu rempliras de nouvelles pages dans le livre de ta vie mais également dans
    d’autres, de même que les personnes qui croiseront ta route viendront écrire de nouvelles pages dans ton histoire.
    Plus ils seront nombreux, plus ton livre sera intérréssant.
    A bientôt sur ton Blog, Merci Internet =)
    Bisous.

    Papa (et Gwen qui tape plus vite ;) )

  12. Redigé par Geneviève et Patrick:

    Coucou Raphaël,
    Merci pour tes superbes articles. Tu nous fais rêver.
    Bonne chance.
    En espérant te voir aux Salelles. Gros bisous.
    Geneviève et Patrick ( Parents de Sylvain )

  13. Redigé par Lolo:

    émouvant le Papa ! Et fier de son grand fils !…

  14. Redigé par roulados:

    bah, un pompier ça a jamais sauvé une vie, sauf dans les films comme jacquou le croquant.(quaffectionne
    particulièrement notre ami aventurier). dans ma caserne, les pompiers ils glandent 1 jour sur 3 dans la salle télé,
    et quand ils se déplaçent pour aller réconforter la gentille mireille, dépressive alcoolique qui a avalé une boîte de xanax,
    18 aspirines et un tube de dentifrice avec sa vodka-grenadine, ils sont encore préssés de retourner glandouillé a la caserne.
    alors ils sont loin d’être aussi géniaux.
    eh oui,mesdames et mectons, il faut dévoiler la vérité nue, obscure et ingrate. les pompiers c’est tous des bofs !
    surtout les pompiers-gymnastes comme raf.

Laisser un commentaire